Le 7e art qu’est le cinéma

C’est le critique de cinéma italien Ricciotto Canudo qui a donné ce surnom au cinéma. C’était en 1923, dans sa publication intitulée Manifeste des sept arts. L’époque était celle des débuts de la cinématographie, aussi, il a expliqué que l’on ne devait pas cantonner le cinéma comme une simple activité industrielle mais comme il l’est en réalité : un art comme les autres. Comme les 6 autres, ce qui lui donne la septième place. Et le surnom est resté à travers le temps.

Pourquoi 7e ?

Mais en fait, d’où vient la classification des arts ? C’est Hegel, dans ses notes de cours pour ses élèves à l’université, qui en a eu l’idée. Ses notes, rassemblées dans un ouvrage nommé Esthétique, expriment sa façon de voir les relations entre l’art et le monde. Et on y trouve cette fameuse classification, basée sur deux critères bien distincts : l’expressivité et la matérialité. La classification part de l’art le moins expressif mais plus matériel à l’art le plus expressif mais le moins matériel. Donc, pour lui, le premier sur la liste est l’architecture, le deuxième c’est la sculpture, le troisième, la peinture, le quatrième, la musique, en cinquième position, la poésie et le sixième, l’art de la scène dont le théâtre et la danse.

Le 7e art et la suite…

12 ans avant qu’il surnomme le cinéma comme le 7e art, Ricciotto Canudo avait l’intention de le baptiser : 6e art. Le fait est que, à son avis, le cinéma est l’art le plus en avance par rapport aux autres expressions artistiques, étant donné qu’il intègre les 5 éléments majeurs de l’art, c’est-à-dire le langage, le son, l’image, le mouvement et l’interactivité. C’est dans cet esprit qu’il s’évertua à tout faire pour que le cinéma soit reconnu comme il se doit : un art à part entière. Dans cet objectif, en 1922, il a fondé la Gazette des sept arts. Puis, comme on le sait, depuis, il y a eu d’autres disciplines qui ont été érigées en arts également. Il s’agit de la photographie, de la télévision, de la radios qui sont regroupés sous l’appellation de « arts médiatiques » qui représentent donc le 8e art, et la bande dessinée comme étant le 9e art. Ces deux dernières classifications ne sont pas encore reconnues pour de vrais arts officiels par certains organismes mais catégorisés comme étant des arts de démonstration.

Il y eut 9 arts à l’époque

Dans l’Antiquité grecque, les arts étaient au nombre de 9, donc, la poésie épique, l’histoire, la poésie lyrique, la musique, la tragédie, l’art d’écrire et la pantomime, la danse, la comédie et l’astronomie. Puis, au Moyen-Âge, même le mot « art » a changé de sens, puisque de « science ou savoir », il est devenu synonyme d’activité ou de métier. Donc, il y avait d’un côté 7 arts enseignés en tant que méthodes et de l’autre, les arts mécaniques que sont l’architecture, la peinture, la sculpture et l’orfèvrerie.

Publié dans Art

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *